Uragiri wa Boku no Namae wo Shitteiru RP

Le premier RPG de Uragiri wa Boku no Namae wo Shitteiru ! Créez votre personnage dans cet univers de folie, choisissez votre Clan et combattez pour votre survie !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une soirée semblant paisible, au parc...[Pv: Yûlàïe!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cellhendynn Daïreos


avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 23
Localisation : Quelque part de peu fréquenté U_u


Vos secrets
Armes & Sorts:
Rp's en cours:

MessageSujet: Une soirée semblant paisible, au parc...[Pv: Yûlàïe!]   Mar 13 Déc - 19:34

Par une belle soirée d’automne, Cellh se décida à sortir de son petit cabanon bien aménagé pour alla se balader un peu. En ville, oui, dans Tokyo, cette ville si bruyante. Mais bon, relativisons les choses aussi : il était aux alentours de 21h, don il y avait toujours du monde, bien sûr que oui, mais bien moins qu’en pleine journée, je vous en assure ! Et puis, notre petit Duras avait pris l’habitude de sortir le soir, en nocturne quoi ! D’ailleurs, sa vie active se déroulait souvent le soir, ces temps-ci….Y avait-il une raison spécifique à cela?

Bref, il faisait doux dehors, et Cellh se baladait dans les rues de Tokyo, surtout pour se trouver un truc à manger. Et bien qu’il aimait bien la nourriture humaine, on pouvait le dire, il trouvait les ramens juste exquis ! Rien de tel ne se trouvait au royaume des Duras, non rien. En ayant un peu mare du bruit des voitures qui polluaient et klaxonnaient sans cesse, ainsi que des lumières trop vives, bien trop vive, il décida de se diriger vers un endroit plus calme, moins fréquenté que cette masse de japonais les uns sur les autres même le soir, et moins éclairé. Ce pourquoi, la destination idéale était….le parc de Tôkyô ! Eh oui, à cette heure, il n’y aurait que peu de monde ! Et surtout, il ferait un minimum sombre. Lui, il voyait bien dans le noir, alors, aucun problème !
En cours de chemin, il invoqua son familier en forme économie d’énergie.

"Yulgio, mon ami! Vient à moi; j'ai besoin de toi!"

Il se sentait, comment dire… un peu trop seul. Il avait besoin de compagnie. Et son familier était juste le seul ami, vraiment, qu’il avait. Ils marchèrent ainsi ensemble un moment, jusqu'à atteindre le parc. Tout le trajet, Yulgio qui sentait que son maître se sentait mal intérieurement, avait tout fait pour le faire sourire. Ou pour le distraire, l’occuper. Ses tentatives avaient été vaines, bien que quelques esquisses de sourires étaient apparut sur le visage de Cellh, par moment.

Une fois au parc, ils marchèrent sur le chemin principal. Il n’y avait quasiment personne, sauf certains humains que leurs congénères appellent « racailles », « craignos »… Mais lui, il s’en fichait : il savait qu’il ne risquait rien de ces gens là. Il n’était pas humains lui, après tout ! Souvent des gens lui avaient déconseillé de venir s’aventurer ici tard le soir, mais lui, il s’en fichait totalement ! Il se savait capable de les envoyer balader, come il l’avait déjà fait avec des voyous dans une ruelle mal fréquentée avant de tombé sur cette étrange Zweilt l’autre jour.
Il finit par s’asseoir sur un banc, en bordure du chemin. Yulgio, lui, voulait s’amuser ! Sous sa forme de petit chibi dragonneau jaune, il voletait tout autour de Cellh, ce qui finit par l’énerver. Mais il ne se fâcha pas, utilisant que des mots pour le lui faire comprendre : il n’avait pas envie de jouer. Juste de la compagnie, d’un ami. Il aimait taquiner son maitre, et jouer avec lui. Mais là, il était d’humeur vengeresse. Oui, en effet, il pensait à sa vengeance, qu’il n’avait pas encore eu…Et il se doutait bien qu’elle n’était pas pour de suite… Surtout suite à sa rencontre avec ce Naito Luwen, là. Il avait bien faillit y rester ! Il l’aurait un jour, sa revanche ! Il suffisait de savoir faire preuve de patiente et de persévérance.

Yulgio tentait toujours de faire jouer son maître. Surtout qu’il s’amusait souvent, ensemble ! Cédant, Cellhendynn l’invoqua finalement sous sa seconde forme. Ainsi, ce serait plus facile ! Yulgio tentait de faire se lever son maître, pour faire la petite course qu’ils avaient pris l’habitude de faire. Cellh essayait de rester impassible, mais il se sentait si seul, et il ne pouvait ignorer Yulgio : il savait très bien que son familier faisait ça pour l’aider. Il avait raison d’ailleurs : il devait arrêter de broyer du noir ! Il se leva, et coursa son familier, qui allait assez vite et lui avait piqué son ramen en boite. Oui, il en avait pris deux : l’un il l’avait manger, l’autre il contait le garder pour plus tard, et partager avec Yulgio également. Il coursa alors se dernier de son mieux. Au bout d’un moment, il le rattrapa et lui choppa son bien. Il rigola de bon cœur, et on voyait que Yulgio était content lui aussi. On dit bien que l’humeur d’un familier dépend de celle de son maître : eh bien c’était exactement le cas ici !

"Ahhh! Sacré va'! Tu m'as bien fait courir toi!" dit-il en souriant

Fatigué cependant, Cellhou alla s’adosser contre un arbre. Il ne l’était pas que à cause de cette course, non, c’était rien ça. Mais le fait d’invoquer son familier en seconde forme le faisait puiser son énergie. C’est pourquoi, à bout de force sur ce sort, Yulgio du redevenir le petit dragon jaune économique. Mais il n’en semblait pas affecté. Il était heureux ; heureux d’avoir consoler son maitre.
Le Midwirn se laissa aller, et ferma les yeux pour mieux récupérer. Tout en restant vigilant : on ne sait jamais. Et puis, Yulgio était là aussi, alors…

[Et hop^^ Une envie soudaine de Rp xD Qui veut réponde à la suite ^^Sinon bah tant pis x) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yûlàïe Mizuki

Zweilt Level 0
Zweilt Level 0
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 18/10/2011
Age : 25
Localisation : Au pays des bishomen's *µ* /SBAFF/


Vos secrets
Armes & Sorts:
Rp's en cours:

MessageSujet: Re: Une soirée semblant paisible, au parc...[Pv: Yûlàïe!]   Mar 20 Déc - 11:24

[Héhé, c'est...Moi... Oo]

Décidément, je n'ai rien à faire... Alors, je me dirigeais encore une fois, vers le parc. Il était tard, mais je m'en fichais, je n'ai pas vraiment peur du noir. Et puis, je suis me défendre, donc je n'ai rien à craindre pour ma peau. Il faisait bon, et je n'avais qu'une veste légère sur les épaules. Même si on était en automne. Moi qui m'attendait à ce qu'il pleuve à corde et que je ne pourrai pas mettre le pied dehors sans prendre une douche, loin de là. J'aime allez au parc, c'est toujours calme même en journée, et même s'il y a des bambins qui court partout et criant et rigolant. Cela me donnait le sourire et je me mettais sur un banc et je caressais de façon disvolte Shiro qui était toujours présent à mes côtés. Sauf de rares fois où il ne peut pas venir avec moi. Là, je savais qu'il était quelque part. Pour allez au parc, je suis toujours obligée de passé par le centre ville et celui ci déteste ça. Les voitures, les lumières vive, et s'il passait avec moi dans cette partie de la ville, ce qu'il était toujours, c'est à dire un ventre sur patte refait surface et il serait capable de se transformer en humain, juste pour manger.

Je soupire en pensant à ça, je n'ai pas encore vu cette forme là, je me donne à quoi il doit ressemblé, il doit avoir les cheveux blancs. Faut pas trop que je pense moi, sinon, je vais me faire griller si je fini trop vite ma traversée, je me dépêche quand même, j'ai un peu hâte d'être au calme dans ce grand espace vert et de me mettre sur un banc ou sur l'herbe même, et fixer les étoiles. Il n'y a que là qu'elles sont si belles et si voyante ces étoiles. Je marche encore plus vite, en priant de ne pas rencontrer un duras, la dernière fois, j'étais tombé sur un et comme j'y avais été un peu fort, je ne m'avais pas battu. Je passe les barrières et Shiro se trouve devant mes jambes, je manque de tomber et sa voix s'élève.


-Alors, on veut voir à quoi je ressemble.

Je fais une tête désespérée, je le savais, il n'avait pas l'air comme ça, mais il était sadique et complètement masochiste, à croire qu'il aime quand je lui hurle dessus et que je lui cours après en lui balançant n'importe quoi dans la tronche. Je soupire et me prépare à parler mais je l'entends ricaner.

-Bien, il faudra attendre petite peste.

Un tic nerveux soulève mon sourcil droit et je crée un objet à lui jeter à la gueule. Il voit le danger et se met à courir et miaulant un peu de peur. Il est maso, ce chat! Et puis c'est pas un chat comme les autres. Il est juste lui, je le course dans tout le parc et lui balance des objets à la tête.J'avoue que c'est plus facile quand on est à l'appartement, il a moins de place pour courir et je suis sur de gagnée. Là, il est dans un arbre et ricane. Je m'approche de cet arbre et fixe le dessus. Je n'ai plus confiance aux arbres. Oui, j'avais confiance avant mais bon. Je suis un peu folle pour faire confiance à un arbre et puis zut.

-Shiro, descends de là!

Ça sonnait comme une impression de déjà vu, je me figeais, je sentais une présence!Oh non, pas encore. Je soupire et je me dis encore une fois qu'il faudrait que je sorte avec une lampe de poche quand il fait noir. Je soupire et pose mon derrière contre le tronc de l'arbre. Je ne veux pas que quelque chose me tombe dessus et que je me retrouve à vouloir faire les gentilles. Je regarde mes pieds, mes cheveux cachent mon visage et je me permets de chantonner un peu pour passer le temps que Shiro va me faire attendre. Je l'entends un peu qui bouge dans les feuilles, bientôt il ne pourra plus faire ça, vu que les arbres commencent doucement à se dévêtir pour l'hiver.
Je chantonne de nouveau un air que j'écoute tout le temps.


-Il y a des jours comme ça ou rien ne va
Enfermé dans ton mal être
Quand les anges pleurent au bord de ta fenêtre
Il y a des jours comme ça ou rien ne va
A se torturer la tête
Si l’espoir meurt, pourra-t-il renaitre ?
Regarde-moi bruler, quand s’éteint la lumière
Ecoute-moi crier aux portes de l’enfer
Regarde-moi tomber sans plus personne derrière
Redevenir poussière


Je ne sais pas si je chante bien ou pas. Je devrai vu que ma mère avait une de ses voix magnifiques mais bon. Je n'ai pas trop envie de penser à des idées noires et j'ai pas envie de déprimer en silence et toute seule. Je relève la tête et sursaute de voir une personne devant moi qui me fixe . Ma pensée est la même que tantôt :Oh non, pas encore!

[Troisième Rp au parc, je l'aime ce parc xD ]

EDIT DE Iina Chan : Ou le parc t'aime, à toi de voir x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neko-no-kuni.forumactif.com/
Cellhendynn Daïreos


avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 23
Localisation : Quelque part de peu fréquenté U_u


Vos secrets
Armes & Sorts:
Rp's en cours:

MessageSujet: Re: Une soirée semblant paisible, au parc...[Pv: Yûlàïe!]   Ven 30 Déc - 14:14

Cellh se sentait presque partir au pays des rêves, quand son ami Yulgio lui sauta au cou et qu’il eu droit à une léchouille de dragonneau sur le visage. Pas meilleurs moyen pour vous réveiller je vous le jure ! Il se raseilla vivement, et manqua presque de tomber. Il regarda alors son familier. Si il était venu le tirer de ses songes ainsi, c’est qu’il y avait une raison ! Un ennemi ? Non… Cellh ne sentait pas de présence qui le menaçait. Mais alors quoi ? Il tendit alors l’oreille. Et là, il comprit ! En fait, rien de bien méchant : on entendait au loin des cris d’une fille, non de peur ou autres mais plutôt après quelqu’un. Étrange… Elle semblait folle à liée. Et le pire, c’était qu’elle se rapprochait de lui et de son arbre !

Yulgio voulait partir en éclaireur, curieux et voulant protéger son maitre si besoin était. Mais le Daireos l’en empêcha, ne jugeant cela qu’inutile. Il suffisait de les laisser s’approcher, et on aviserait après. De toute façon, tant que ce n’était pas un Duras, il ne craignait rien. Enfin, logiquement… Et il ne sentait pas d’aura démoniaque dans le coin, si ce n’est la sienne et celle de Yulgio. Il entendit alors une série de miaulement. Un chat ? Sans doute un chat errant ! Mais il du mettre cette hypothèse de coté à l’entente de ceci :

-Shiro, descends de là!

Une voix féminine. La même qu’avant ! Elle criait donc après un chat ?!? A en jugé le nom, Cellh en déduisit qu’il devait être noir. Oui, oui, il adorait emmètre des hypothèses et réfléchir pour rien ! Allez savoir pourquoi. Mais cela l’intriguait. Oui, et même que, s’ennuyant à mourir en ce moment, il jugea que ce serait une bonne occasion pour s’amuser un peu, mettre un peu de vie dans sa vie ! Il se leva, tout en restant contre son arbre. L’arbre voisin était gros, et il semblait, d’après le regard furtif de Yulgio, que le chat était monté dans cet arbre là-bas. Cellh s’en rapprocha donc doucement, à pas de loups comme le dirais les humains avec leurs expressions parfois si bidon.

Il se tenait debout, à deux pas du tronc maintenant Yulgio voletant à ses côtés. Le chat en question faisait du bruit dans les feuilles, et cela ne faisait qu’attiser l’attention du dragonneau jaune. Cellh espérait que ce dernier ce tiendrait tranquille. Mais juste au moment où il le pensa, Yulgio battit des ailes fermement et vola dans l’arbre. Oh, on ne voyait pas grand-chose dans ce noir presque total, où un lampadaire voisin éclairait cet arbre, enfin à peine. D’un coté, Cellh s’en fichait : il avait prévu une lampe de poche au cas où et de plus, sa vision nocturne n’était pas si mauvaise. Du moins, meilleurs que celle des humains.

Jugeant impossible de faire revenir son familier ici, et aussi inutile en fait, il se rapprocha cependant de l’arbre, curieux. Il se trouvait contre le tronc maintenant. Et là, il entendit une douce mélodie flotter dans les airs :

-Il y a des jours comme ça ou rien ne va
Enfermé dans ton mal être
Quand les anges pleurent au bord de ta fenêtre
Il y a des jours comme ça ou rien ne va
A se torturer la tête
Si l’espoir meurt, pourra-t-il renaitre ?
Regarde-moi bruler, quand s’éteint la lumière
Ecoute-moi crier aux portes de l’enfer
Regarde-moi tomber sans plus personne derrière
Redevenir poussière

Encore cette même voix féminine. Elle provenait de devant lui. Enfin, derrière le tronc d’arbre qui se trouvait sous ses yeux. Décidément, elle passait de crier à chanter ! Eh ben ! Cellh, devenu encore plus curieux et surtout voyant là une façon de se divertir un peu de son monotone quotidien, il fit le tour de l’arbre en brandissant sa lampe torche, ayant déduit qu’il s’agissait d’une humaine. Elle ne voyait surement pas dans le noir, ou du moins, pas très bien. Et là, face à face avec une jeune fille humaine ! Il avait d’abord mis sa lumière en plein dans ses yeux, mais il la redirigea vite sur le tronc, pour les éclairer sans toutefois l’éblouir.Il la fixa un moment, comme ça. Elle était plutôt belle, à vue d’œil, comme ça. Il faut dire que, dans sa position, c’était difficile de bien la voir !
Pour entamer la conversation, il lança alors :

« Bien le bonsoir, jeune femme ! »

Puis, il leva rapidement la tête vers le touffus de l’arbre. Il entendait des bruissement, des miaulement, et des petits cris qu'il connaissaient très bien, ceux de son familier. Il était tant de mettre un terme à se remue ménage la haut! Yulgio s'était déjà assez amuser avec ce chat: il devait lui ficher la paix maintenant, ou le chat y laisserait peut être la peau... Il ne fallait pas que sa arrive, non. C'était celui de l'humaine. Il s'était juré de ne pas faire de mal aux humains si rien de l'y obligeait. Il cria presque :

« Bon, Yulgio ! Tu va descendre maintenant ! Allez ! je te l’ordonne ! »

Puis il revint sur la femme, adossé à l’arbre.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yûlàïe Mizuki

Zweilt Level 0
Zweilt Level 0
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 18/10/2011
Age : 25
Localisation : Au pays des bishomen's *µ* /SBAFF/


Vos secrets
Armes & Sorts:
Rp's en cours:

MessageSujet: Re: Une soirée semblant paisible, au parc...[Pv: Yûlàïe!]   Ven 13 Jan - 13:31

[Pas de soucis pour la réponse *µ* Pour le temps de réponse pas de soucis, moi et sans mon internet, je n'ai pas su répondre plus tôt. Mais je suis là haha /SBAFF/]

S'il y a quelqu'un dans ce parc, il doit me prendre pour une folle bonne à enfermé à l'asile. Je cours après un chat blanc dans ce fichu parc car il a l'art de me mettre hors de moi pour un rien. Je ne sais pas rester calme. Il a vite disparu dans un arbre, je le sens mal. Bref, je l'entends ricaner mais c'est tout. Je lui hurle de descendre et pour me calmer , je chante un air que je connais par coeur. Je suis toujours au pied de ce fichu arbre où Shiro est parti se cacher pour pas qu'il se prenne un truc en pleine tête. Je me calme doucement, mais je redresse la tête quand j'entends du remue ménage dans l'arbre. Des miaulements et d'autres choses. Je me demande ce qui se passe, puis je me dis qu'il suffisamment fort et c'est une vengeance.

Je recule vivement contre l'arbre quand la lumière d'une lampe torche atterrit dans mes yeux. Je suis aveuglée, déjà que je ne vois pas très bien dans le noir mais là, je ne vois plus rien du tout. Je suis complètement aveugle. Je cligne plusieurs fois des paupières et puis quand l'agression est passée, je pose mes yeux sur la personne derrière la lampe torche. Oulala, c'est bien mon jour de chance.


« Bien le bonsoir, jeune femme ! »

"Euh... Bonsoir..."

Je me demande si je ne suis pas tombée sur un pervers, cela serai bien mon jour de chance aujourd'hui. J'essaye de le distingué, mais bon je vois de belles taches de couleurs à chaque fois que je cligne des yeux. Et cela n'arrange rien du tout. Je distingue juste une tache plus sombre. Je vois la masse levé la tête mais rien de plus. Je ne vois pas ces traits et cela me perturbe. Je reste cependant contre l'arbre. Je suis méfiante. Les bruits que j'avais entendu auparavant recommence. Mon shiro! Même si il m'en fait voir, cela m'inquiète un peu plus maintenant.

« Bon, Yulgio ! Tu va descendre maintenant ! Allez ! je te l’ordonne ! »

Je vois quelque chose tombé de l'arbre. Mon shiro, il court vers moi et miaule. Je le prends dans mes bras. Je soupire et regarde même si je ne vois pas grand chose s'il n'a rien. Ouf, il va bien.

- Shiro, tu n'avais pas à monté dans les arbres comme cela, c'est de ta faute.

Il ricane et fixe un truc dans les arbres. Comme si celui ci attendait quelques choses de particuliers même si le jeune homme lui avait ordonner de descendre. Ce qu'il fit quelques minutes plus tard. Shiro feule un instant, il est à fond dans son rôle de chat. Je lui gratte la tête un moment.

-C'est tout.

Shiro fit mine de se calmer même si je suis sur qu'il avait bien rigoler avec ce... Je lève mon regard sur ce que pourrait être Yulgio, mais je ne vois toujours pas grand chose dans ce noir. J'aurai du prendre une lampe de poche moi aussi. Mais je ne pensais pas à ça quand je suis sortie. Je me sens un peu mal pour la petite chose qui a ennuyer Shiro ou que Shiro a ennuyer.


-Votre animal n'a rien?

Je pose quand même la question, c'est la politesse que l'on m'a enseignée depuis que je suis toute petite. Si mon Shiro n'a rien. Son animal n'est pas forcément dans de meilleurs conditions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neko-no-kuni.forumactif.com/
Cellhendynn Daïreos


avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 23
Localisation : Quelque part de peu fréquenté U_u


Vos secrets
Armes & Sorts:
Rp's en cours:

MessageSujet: Re: Une soirée semblant paisible, au parc...[Pv: Yûlàïe!]   Mer 18 Jan - 16:30

Cellhendynn observait la situation. Il avait sa lampe de poche sortie, bien qu’il n’était pas totalement myope de nuit, qui faisait des va et vient entre le haut de l’arbre, et la jeune femme assise à son tronc. La jeune femme lui avait retourné sa salutation, mais elle lui semblait très méfiante. En même temps, il réalisa bientôt qu’on était de nuit, et que cet endroit était mal fréquenté à cette période de la journée, surtout pour de jeunes femmes. C’est ce qu’on disait. Mais lui, il n’était pas comme cela ! Oh non : rien d’un pervers ! Et absolument pas intéressé par les femelles.
Dans l’arbre, en haut dans les feuilles, les bruits avaient repris. Plus violent semblait-il. Mais que se passait-il donc là haut, mince alors ! Yulgio devait avoir trouvé une petite bêbête à embêter… Ralala ! Bon, il ne faisait en général aucun mal à autrui, mais il était un peu trop joueur parfois…

Quelque chose tomba de l’arbre. Cellh sursauta un peu, de surprise, et sa lampe se redirigea presque automatiquement vers l’arbre. Puis, pour mieux voir ce qui semblait être l’animal en question tombé de l’arbre, il pointa sa lampe à sa recherche. L’animal, petit et blanc, se trouvait avec la jeune femme. C’était un chat. Il était plutôt mignon, Cellh devait le reconnaitre, mais il sentait que ce chat avait quelque chose de spécial. Quoi ? Il ne saurait le dire en fait…

-Shiro, tu n'avais pas à monté dans les arbres comme cela, c'est de ta faute.


Ah ! Cela confirmait au Midwirn qu’il avait vu juste en supposant qu’il était son animal. Amis que faisait-il là haut ? Il arrêta de regarder la scène un moment, venant de se rappeler que, lui, son animal se trouvait encore là haut ! Il entendit des miaulements, provenant du chat blanc. Yulgio, lui, ne donnait pas signe de vie. Les bruits dans les branches avaient cessé. Cellh ne s’inquiétait absolument pas, sachant que son Yulgio ne risquait rien. Il fit quelques pas sur place, et rigola légèrement quand son petit dragon adoré lui atterrit –ou non, plutôt lui tomba- sur l’épaule.

« Ahh ! Mais que me faisais-tu la haut, petit coquin hein ? Et d’où tombes-tu ainsi, mon vieux ! »

Il le chouchouta un moment, en lui caressant la tête et en vérifiant qu’il allait bien. Juste au cas où. Ses ailes surtout : avec toutes ses branches, elles auraient pu être abimées ! Il y avait en effet quelques traces d’égratignures sur celles-ci et un peu sur ses écailles, mais rien de grave. Cela guérirait en moins de deux ! Son animal de posa alors sur son autre épaule en cherchant des câlins de sa tête de dragonneau. Mais Cellh regardait la jeune femme et son animal, qui avaient l’air d’être très unis l’un à l’autre. Un peu comme lui et son familier semblait-il. Alors qu’il cherchait à déterminer si l’autre animal allait bien, et de voir quelles auraient pu être les raisons de ce qui avait semblé être une petite bagarre, une douce voix de fille s’adressa à lui :

-Votre animal n'a rien?

La jeune demoiselle venait de lui adresser la parole. Elle semblait s’inquiéter un peu pour Yulgio. Elle devait aimer les animaux, et être une personne fort sympathique. Mais Cellh, lui, se sentait coupable pour son animal. Il aurait du le retenir ! Comme cela, il n’aurait pas titiller et embêter ce pauvre chat innocent ! Il fallait vraiment qu’il essaye d’être plus dur avec son petit familier, qu’il avait trop tendance à considérer comme un ami, et donc à laisser vivre sa vie. Il répondit gentiment, en pointant sa lampe dans sa direction mais en veillant toutefois à ne pas l’éblouir :

« Oh ! Il a quelques égratignures, mais rien de bien grave ! Et puis, s’il n’était pas allé embêter votre animal, il n’aurait rien eu ! Disons que ce sera pour lui une petite leçon de vie ! Il l'a un peu cherché je pense.»

Il l’avait dit gentiment, en rigolant. Bien sûr qu’il n’aurait jamais souhaité que son Yulgio se blesse ! Mais, ce n’était rien et le petit dragon jaune avait du comprendre maintenant, en voyant sa tête de coupable, qu’il aurait mieux fait de ne pas chercher à jouer avec ce chat. Le duras reprit alors, se sentant mal pour le petit chat tant qu’il n’aurait pas eu une réponse :

« Et votre chat, il va bien ? »

Cela le rassurerait de savoir. Oui… il était un Duras attentionné et qui s’intéressait aux autres, qui voulait juste vivre sa vie incognito dans le monde des humains. Si jamais, il se jura qu’il gronderait sévèrement son familier ! Plus jamais il ne devait causer de tord à autrui ! Il plaça une main derrière sa tête

« Je dois m’excuser pour ce petit désagrément. Mon Yulgio est très joueur et aussi très iimmature…Si nécessaire, je peux vous dédommager, mademoiselle. »

Il avait proposé cela, car il était un Duras poli ! Et aussi, il ne voulait pas faire peur à la jeune fille. Elle ne devait pas bien le voir, dans cette obscurité en plus…Durant toute cette petite rencontre, il veillait à ne pas éclairer trop Yulgio. Ou plutôt, le cacher. Que dirais une humaine si elle voyait un bébé dragon volant ?!? Il ne pouvait aps le faire disparaitre, cela serait trop louche et la jeune fille se poserait des questions… Or Yulgio ne pouvait pas faire disparaitre ses ailes… Quelle serait sa réaction si jamais elle le découvrait ? Mais en même temps, Cellh était confiant : elle semblait avoir un chat étrange, donc peut être accepterais-t-elle l’idée d’un dragon ?

D’ailleurs, en y regardant de plus près, Cellhendynn sentait très bien que son familier était dans une attitude différente de celle de d’habitude : il était stressé, ou du moins nerveux. Avait-il remarqué quelque chose ? En tournant sa tête, et en regardant celle de Yulgio, Mr Daireos remarqua que le regard de l’animal était rivé sur le chat. Il était vraiment intrigué par ce dernier. Yulgio était rarement ainsi. En général, quand son maitre lui disait stop, il arrêtait. Mais là… Cellhendynn devait avoir l’air bien bête, de ne pas maitriser son familier de façon totale en cette situation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yûlàïe Mizuki

Zweilt Level 0
Zweilt Level 0
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 18/10/2011
Age : 25
Localisation : Au pays des bishomen's *µ* /SBAFF/


Vos secrets
Armes & Sorts:
Rp's en cours:

MessageSujet: Re: Une soirée semblant paisible, au parc...[Pv: Yûlàïe!]   Ven 20 Jan - 13:10

J'avais sursauté quand la lampe de poche atterrit dans mon visage. Je recule vivement contre l'arbre, et cligne des yeux plusieurs fois . Je réponds sur la défensive car je ne vois pas son visage. Il se fait tard, il fait sombre, je suis une jeune fille. Donc, il est normal que je suis méfiante. Et oui, on ne sait jamais qui cela pourrait être. Je sais ce que je cours quand je viens ici au soir. Je penche la tête sur le côté bien déterminée à voir sa silhouette. Je suis aveugle dans le noir, et là même avec un peu de visibilité que je peux avoir. Je ne vois absolument rien, quelques flashs de couleurs par ci par là. J'ai l'air d'une grosse imbécile à cligner des yeux comme cela. Je reste collée à l'arbre, on ne sait jamais. Je sais bien qu'il ne m'aidera pas. Mais, bon! Il y a un remue ménage dans l'arbre juste au dessus de nos tête. Je la lève et voit tomber mon petit Shiro, ce qui me fait bien sur sursauté sur place. Il court vers moi et je me baisse pour le prendre dans mes bras. La lumière de la torche suivant Shiro dans sa course. Je soupire discrètement, soulagée quand même qu'il n'a rien. Même si c'est de sa faute, il n'avait pas à monter dans les arbres à cette heure reculée de la soirée.

-Shiro, tu n'avais pas à monté dans les arbres comme cela, c'est de ta faute.

Shiro se blottit contre moi et fixa un moment l'arbre avant de poser son regard vers l'homme en face de moi. Je ne voyais rien, vu que je ne suis pas comme lui moi. Je ne vois pas dans le noir. Il se comporte comme un chat. Il miaule comme pour montrez sa peur ou je ne sais pas . J'avais juste l'impression qu'il ricanait dans ces dents. Je lui caresse discrètement la tête sans vraiment faire attention. Je me demande si son animal n'a rien

« Ahh ! Mais que me faisais-tu la haut, petit coquin hein ? Et d’où tombes-tu ainsi, mon vieux ! »

Cette phrase me disait que son animal était arrivé avec autant de grâce que Shiro. Je pense que lui aussi était tombé sans se rattraper. Je me demandais si tout allait bien. Je pris une inspiration et ouvris enfin la bouche

-Votre animal n'a rien?

J'avais plus où moins contrôlé ma voix, j'étais vraiment inquiète mais quelques choses me disait de ne pas bouger de rester là et de demander simplement. Même si l'envie de m'avancer avec Shiro dans les bras pour vérifier moi même était présente, je ne fis rien. La lampe vient de nouveau vers moi, mais je ne puis que voir sa silhouette. Cela me faisait bizarre de ne pas connaître comme cela le physique de mon "adversaire" . Mais bon, on fait avec.

« Oh ! Il a quelques égratignures, mais rien de bien grave ! Et puis, s’il n’était pas allé embêter votre animal, il n’aurait rien eu ! Disons que ce sera pour lui une petite leçon de vie ! Il l'a un peu cherché je pense.»

Je souris dans le noir, lui devait surement le voir. Hein, c'est lui qui avait été le chercher et pas mon Shiro. Ouais, je caresse encore sa tête et penche la tête vers lui. Lui murmurant

-C'est bien que tu n'ai pas chercher la bagarre pour une fois

Il émit une petite plainte mélange entre un miaulement étouffer et un feulement. Je fis un petit sourire, j'aimais bien le taquiner comme cela. Une petite vengeance peut-être. Je repose mes yeux dans le noir sur la silhouette.

-Cela me rassure, mon chat a tendance à allez ennuyer les autres, et je m'en aurai voulu qu'il ai blessé votre animal.

Ma voix et mes paroles montraient que j'étais sincère, et je le suis. Je sais très bien comment est Shiro et il adore poursuivre n'importe quoi. Que ce soit Duras ou familier ou simple chat ou chien sans différences propres. Il me faisait peur quelques fois, mais c'est Shiro et lui aussi est différent. Donc on ne peut pas vraiment lui en vouloir.

« Et votre chat, il va bien ? »

« Je dois m’excuser pour ce petit désagrément. Mon Yulgio est très joueur et aussi très immature…Si nécessaire, je peux vous dédommager, mademoiselle. »


Je sursaute à ces phrases, lui aussi s'inquiétait? Je pose mon regard sur Shiro et le voyant droit comme une statue de Bastet. Je pense qu'il va bien, bien qu'il m'inquiétait à fixer toujours le même point dans le noir. Qu'avait il vu? Je souris doucement.

-Il n'a pas l'air mal en point et agit comme d'habitude. Donc, je pense qu'il va plutôt bien. Pour le dédommagement, cela n'est pas vraiment nécessaire vu que Shiro va bien. "

Je pose mes yeux sur mon chat puis dans le noir. Cela me faisait un peu c**** de ne pas voir mon interlocuteur, j'aime savoir avec qui je parle. Je m'avance d'un pas pour essayer de le voir. Cela me perturbe. Je n'ai pas de lampe torche et je ne pourrais pas l'illuminer de toute façon. A moins que j'en fasse une. Je m'avance encore d'un pas, comme pour ne pas effrayer la personne. Après tout, cela pourrait faire peur quand même . Quoique lui voyait chaque fait et gestes que je pourrais faire. Je serre Shiro contre moi, il miaule doucement et je le pose au sol avant de s'avancer vers le noir et y disparaître. Il feule un instant sur quelques choses puis ronronne. Je m'avance encore un peu. Qu'est ce qu'il me fait encore ce fichu chat ?

Je me trouve en face de la personne et je peux enfin voir ces traits, un jeune homme. Sa voix me l'avait déjà montrez. Je découvre un Shiro en train de se caresser à ces jambes et un dragon jaune sur l'épaule du jeune homme. Doucement, je rigole doucement. Shiro à l'air au ange et à l'air de trouver ce petit dragon très bien. Cela ne me fait rien de voir un dragon flotter dans l'air. Mon chat me parle bien dans ma tête ou à haute voix.


-Voyons Shiro, laisse le monsieur tranquille.

Mais celui ne m'écoute pas, préférant réclamer des caresses. Il n'est pas comme ça d'habitude et semble différent . Un autre lui, je ne sais pas. Je me retourne vers le jeune homme.

-Veuillez l'excuser, c'est la première fois qu'il me fait ça.

Je me sentais plutôt mal, lui à allez chercher les emmerdes un peu partout, voilà qu'il se frotte aux jambes comme un vulgaire chat de gouttière. Je ne sais pas quoi faire aussi, c'est la première fois qu'il fait ça. Même à moi, il n'agit pas comme cela. Je pose une main sur mon visage et je soupire .


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neko-no-kuni.forumactif.com/
Cellhendynn Daïreos


avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 23
Localisation : Quelque part de peu fréquenté U_u


Vos secrets
Armes & Sorts:
Rp's en cours:

MessageSujet: Re: Une soirée semblant paisible, au parc...[Pv: Yûlàïe!]   Dim 29 Jan - 14:03

Après s’être excusé des actes de son familier auprès de la jeune fille, Cellhendynn réprimandait son petit Yulgio, de façon pourtant calme. Ainsi, on ne le voyait pas, mais au travers de ses mots, même à sonorité douce, il laissait paraitre un message d’avertissement et moralisateur à l’intention de la petite fureur qu’était son dragonneau.
Il remarqua que la jeune humaine sursauta à sa phrase. Avait-il dit quelque chose de mal ? Au du moins, d’étrange ? Il faut dire que certaines fois, les humains sont vraiment imprévisible… Etant trop fatigué, il ne chercha pas à se casser la tête pour une fois. Oui, d’habitude, il aurait cherché mentalement la raison en retournant la situation dans son cerveau plusieurs fois. Mais étant une chose très énervant et minutieuse, il ne s’y résolu pas cette fois.

-Il n'a pas l'air mal en point et agit comme d'habitude. Donc, je pense qu'il va plutôt bien. Pour le dédommagement, cela n'est pas vraiment nécessaire vu que Shiro va bien. "

Ces explications rassurèrent le Midwirn, qui s’était sentit fautif à cause de son familier « mal dressé ». Mais au bout du compte, il semblait, en croyant les paroles de la jeune femme, qu’il s’était fait du moreau pour rien ! Sa lampe éclairait toujours le chat et sa maitresse, et il vit alors que celle-ci venait de se lever et de faire un pas, hésitante, vers lui. Mais oui ! Elle ne devait pas voir grand-chose la pauvre, dans ce noir presque total ! Sa lampe éclairait peu, et le lampadaire le plus proche était visible d’ici, mais n’éclairait pas du tout, ne laissant paraitre qu’une lueur jaune à une dizaine de mètres. Elle fit un second pas vers Cellh, qui la regarda d’un air interrogatif. Voulait-elle savoir à qui elle parlait ? Le voir de plus près ? Voir son visage ? Oui… en même temps, c’était concevable. Ce devait être quelque peu stressant de ne pas voir son interlocuteur ainsi… Surtout dans un parc à une heure si tardive.

Cellhendynn ne voyait pas quoi faire d’autre pour le moment. Il laissait donc la jeune file s’avancer vers lui. Elle avait déposé le chat à terre et il déduisit qu’elle se laissait en quelque sorte guider par son chat blanc. Les chats étaient des créatures capables de voir dans le noir après tout ! A défaut de lampe, c’était une solution comme une autre très originale. Puis, la lumière de la lampe s’amenuisa. Elle éclairait de moins en moins. Jusqu'à ce que le noir reprenne ses droits… Cellh se tapa sur la tête légèrement. Aie ! Maladroit comme il l’était, il avait oublié de recharger les batteries de sa lampe ! Lui voyait bien dans le noir, enfin du moins il pouvait s’y diriger sans trop de problèmes, bien que sa vue était affaiblie dans le noir. Qu’en était-il des humains ? Ils ne le pouvaient pas, eux, si ?

Et là, il sentit quelque chose à ses jambes. Ça passait d’une à l’autre. La sensation était un peu chatouillante sur le début, mais assez agréable. C’était doux ! On dirait des… poils. Des poils ? Il regarda la jeune fille, qui n’était plus qu’a un pas de lui, et remarqua que le chat n’était plus à ses côtés. Il baissa sa tête, mis ses mèches trop longues qui lui tombaient à la figure derrière ses oreilles, et s’aperçut que ce qui lui tournait autour n’était rien d’autre que le chat blanc, apparemment prénommé Shiro ! Il laissa échapper un rire, doucement, car la situation était amusante, puis dit dans un sourire :

« Ahah ! Mon grand ! Mais que me fais-tu ? Tu vas me faire craquer, boule de poils ! »

Il aimait beaucoup les animaux à vrai dire. C’était un peu comme ces seuls amis pour lui. Il le caressa doucement, en lui faisant d’abord renifler sa main. Ensuite, si le chat l’autorisait à le caresser, il le fit. Alors accroupi, il se releva et regarda la jeune femme, maintenant juste à côté de lui. Il lui sourit, en la voyant sourire elle aussi. Elle ne semblait pas déranger par son dragon. Etrange… Etait-elle habituée aux phénomènes paranormaux ? Mais cela facilitait les choses : elle ne demanderait peut être pas d’explications, et si tel était le cas, elle accepterait les explication donné plus facilement.

-Voyons Shiro, laisse le monsieur tranquille.

Il rigola à nouveau. Il ne faisait rien de mal ce Shiro. Du moins, Cellh n’en était pas dérangé.

« Oh ! Ne vous inquiétez pas ! Il ne me dérange pas ! Il est adorable votre chat ! Et très mignon je dois dire. J’aime beaucoup les animaux, et je vois que lui et vous semblez très bien vous entendre »

Le chat n’obéit pas à sa maitresse cependant. Il était encore entrain de réclamer des caresses à Cellh. Et d’ailleurs, le Midwirn entendit derrière lui, un grognement. Aie… C’était Yulgio, ça ! Pas de doute… c’était son grognement de jalousie… Il le prit dans ses bras, et le cajolla lui aussi. La jeune femme s’excusa ensuite du comportement de son chat envers lui. Il rigola. Ce n’était asp sa faute voyons ! Et puis, ce n’était rien de grave en plus ! Il n’y avait que Yulgio à qui cela semblait déplaire !

« Mais non, voyons, ne vous excusez pas ! Il est vrai que je semble provoquer des réactions étranges chez certains animaux parfois. Mais ceux-ci sont en général spéciaux, ou alors, juste très attachant. »

Il nota le soupire de la jeune femme. Elle ne devait pas avoir l’habitude que son chat agisse ainsi. Ou alors, justement, c’était qu’il le faisait trop souvent et que cela la mettait mal ? ah ! Avant de s’en rendre compte, il était déjà repartit dans ses analyses de situation… Il était un cas désespéré de côté-là…
Il prit le chat blanc, et le posa délicatement aux pieds de sa maitresse, qui lui semblait très mal à l’aise. Autant essayer d’arranger la situation. Il ne voulait pas embêter plus que ça une humaine, qui de plus lui paraissait étrange et sympathique. Et mais ! C’est qu’il ne s’était même pas présenté ! Quel malpoli alors ! Il avait pourtant bien apprit durant ses longues, longues années de vie ici sur terre que la politesse contait beaucoup chez les humains, et que la plus part d’entre eux jugeait les étrangers dessus aussi. Il rattrapa son coup :

« Au fait, excusez mon impolitesse : je suis Cellhendynn Daireos, jeune homme et voici mon animal de compagnie –certes oui peu ordinaire- Yulgio. Puis-je vous demandez votre nom ? »
demanda-t-il en souriant.

Il espérait que sa tournure de phrase n’était pas trop louche… Il est vrai qu’il y avait une sonorité étrange…Un bruit le fit attirer son attention ailleurs l’espace d’un instant. Yulgio ! Il n’était pas à côté de lui ! Il avait du paraitre idiot en présentant son familier alors que celui-ci n’était pas là ! Il regarda un peu partout, le bruit venait de derrière lui, il se retourna.

« Yulgio ! » lança-t-il, affligé par le comportement de son familier.

Il était en train de grogner, et il était presque prêt à se transformer en sa version 2 ! Il le sentait. Et Cellh sentait aussi cette tension. Pourquoi son familier agissait-il si étrangement envers ce chat ? Il n’embêtait d’ordinaire jamais ces derniers ! Pourquoi celui-ci ? En regardant plus attentivement, il remarqua que ce n’était pas de la haine. Non, il aimait bien cet animal. C’était en fait une sorte d’intrigue. Il voulait dire quelque chose à Cellh mais en parlant, il le savait, c’était risqué face à une humaine… ce chat était-il une créature d’un autre monde ? Hypothèse complètement folle, et surtout improbable. Cellh n’en croyait rien, et de plus, il sentait pourtant quelque chose d’étrange dans l’air.

« Allez, Yulgio, calme toi, viens chez papa ! »dit-il en tapottant de ses mains sur ses jambes.

Il vint aussitôt, mais en rechignant. Il le reprit dans ses bras, et le serra afin qu’il ne fasse plus de problèmes. cependant, il remarquait bien que le regard de Yulgio faisait des allez venu entre la jeune fille et son chat blanc. cela l'énervait a la fin! Que se passait-il? Ces deux animaux avait l'air parfaitement au courant l'un l'autre de la chose en question semblait-il du moins.

« Là voilà. Ainsi, il n'importunera plus votre chat. Je crois que mon Yulgio est très intrigué par Shiro, en vérité… Il n’agit ainsi que dans ce genre de cas… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yûlàïe Mizuki

Zweilt Level 0
Zweilt Level 0
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 18/10/2011
Age : 25
Localisation : Au pays des bishomen's *µ* /SBAFF/


Vos secrets
Armes & Sorts:
Rp's en cours:

MessageSujet: Re: Une soirée semblant paisible, au parc...[Pv: Yûlàïe!]   Ven 10 Fév - 16:06

Spoiler:
 

Même si j'avais sursauté à sa phrase, je ne m'y attendais pas à vrai dire. Je réponds simplement, je sais que pour le moment je n'ai rien à craindre, je le sens. Je pose mon regard sur Shiro, même s'il n'agit pas comme d'habitude, il l'air d'aller plus ou moins bien. Il ne pose même son regard félin sur moi, préférant me demander de descendre en miaulant doucement. Je le dépose au sol comme demander. Il se fait vraiment passer pour un chat normal, mon Shiro file dans le noir et par habitude, je me relève de mon tronc et fais un pas vers la personne qui tient la lampe torche. J'avoue que je voulais voir son visage aussi. Mais je n'aime pas trop non plus être dans le noir quand je suis seule sans Shiro. J'avance donc vers mon « partenaire » de conversation.

Arrivée à sa hauteur, la lampe de poche rendit l'âme et nous tombâmes de nouveau dans le noir. Je n'y voyais rien, j'entendais simplement le ronronnement de Shiro à quelques centimètres ou peut être mètre. Pas très loin, c'est sur. Je baisse ma tête pour distinguer mon félin qui se frottait aux jambes de mon interlocuteur. Je soupire, qu'est ce qu'il a en tête ce fichu chat débile? Un « je t'entends » résonna dans ma tête mais je n'y prête pas attention plus que ça. Je le regarde s'accroupir et faire une douce caresse à mon chat.

« Ahah ! Mon grand ! Mais que me fais-tu ? Tu vas me faire craquer, boule de poils ! »

Un sourire se dessine sur mes lèvres, c'est vrai qu'il pouvait être adorable quand il le voulait. Je me mets à la hauteur du félin et j'ouvre la bouche. Mais il n'a pas l'air décidé de m'écouter pour une fois. Je soupire de nouveau, il ne m'écoute que très rarement. Même si j'avais vu un dragon jaune, je ne fis pas de réflexions. Rien ne me surprenait depuis que je parlais avec un chat. Bref, j'en avais tellement vu que plus rien d'extraordinaire voir paranormal me faisait avoir de l'intérêt. Je le trouvais plutôt mignon. Je découvrais enfin l'intérêt de Shiro, un familier tout comme lui. Enfin, il n'était pas vraiment un familier mais était considérer comme telle. Pour moi, c'était de la compagnie et c'était mon Shiro. Enfin, je voulais surtout qu'il ne mette pas mal à l'aise le jeune homme.

-Voyons Shiro, laisse le monsieur tranquille.

Mon interlocuteur rigola un instant, comme si Shiro ne le dérangeait pas.

« Oh ! Ne vous inquiétez pas ! Il ne me dérange pas ! Il est adorable votre chat ! Et très mignon je dois dire. J’aime beaucoup les animaux, et je vois que lui et vous semblez très bien vous entendre »

Un nouveau sourire sur mon visage, il est ensuite peint d'une jolie couleur rouge. Il a vu juste, Shiro et moi on est très proche. Mais je ne peux pas m'empêcher de soupirer. C'est un cas particulier ce chat. Je suis vraiment mal à l'aise. J'ouvre la bouche pour parler. Je me retiens de bégayer. Je suis un peu énervée à propos de mon stupide chat.

Il est adorable quand il veut, mais, aujourd'hui, il a décidé de m'ennuyer .

Je rigole doucement, c'est vrai qu'aujourd'hui, il me fait un peu tourné en bourrique. Il a décidé ça ce matin de bonne heure en plus. Je ferme les yeux et pose ma main un instant contre mon visage. Il faut que je souffle, j'ai besoin d'air. Mais je ne lui montre pas vraiment, il est plutôt là pour m'aider aussi.

« Au fait, excusez mon impolitesse : je suis Cellhendynn Daireos, jeune homme et voici mon animal de compagnie –certes oui peu ordinaire- Yulgio. Puis-je vous demandez votre nom ? »

Je ré-ouvre les yeux au son de sa voix, je le fixe, il me sourit, je retire ma main et lui sourit aussi.

-Ce n'est rien voyons! Je suis Yûlàïe Mizuki. Je suis une jeune femme et comme vous avez pu le remarquer mon animal: Shiro

J'étais toujours polie, mais là, j'avoue que moi aussi, j'avais oublier les bonnes manières à cause de ce fichu chat qui n'en faisait qu'à sa tête. Aujourd'hui, c'était le pon-pon! L'envie de lui faire bouffer une boule de neige me prit mais je ne fis rien. Je suis une humaine normale rien de plus normale. Il regarda un peu partout, appelant son familier qui n'était plus à ces côtés. Je me mis à m'inquièter de savoir où il pouvait être.


Je me redresse quand un grognement se fait entendre, prête à sortir mon arme s'il le fallait. Voilà pourquoi, je n'aime pas trop le noir, on ne voit pas qui peut être derrière soi ou même devant. Je n'aime pas trop le grognement et Shiro non plus par la même occasion. Il feule légèrement contre mes jambes et se met à vibrer. Mauvaise idée, mauvaise idée. Une seule fois que je veux le voir en deuxième forme. Je m'abaisse et le prend dans mes bras.

La voix de Cellh' coupe court aux hostilités. Coupant court à toutes fuites. Mine de rien, même Shiro se calmait dans mes bras.


« Allez, Yulgio, calme toi, viens chez papa ! »

La tension redescendit d'un coup, c'était net et sans bavure. Ce qui me fit frisonner sur le moment. Toute la pression avait disparu, c'était époustouflant!

« Là voilà. Ainsi, il n'importunera plus votre chat. Je crois que mon Yulgio est très intrigué par Shiro, en vérité… Il n’agit ainsi que dans ce genre de cas… »

Je me raidis doucement, sans vraiment le montrer. Je serre encore un peu plus Shiro qui à l'air absorbé par la contemplation du familier. Shiro devenait du genre chiant quand cela pouvait aider ou juste pour son bon vouloir. Peut être que quelque chose de précis l'attire vers ce petit dragon et son maître.

Ne vous inquiétez pas, je l'ai à bras. Donc il n'y a plus de soucis.

Je lui fais un sourire honnête et je plaque Shiro contre ma poitrine pour être sur qu'il ne s'échappe pas encore . Une fois, c'était bon, je n'allais pas courir après lui dans tout le parc pour les bons vouloirs de Monsieur le Chat.

-Je pense que Shiro est aussi intrigué que votre dragon. Je pense que c'est la première fois qu'il en croise un aussi.

Je rigole doucement, un rire franc et assez doux. Finalement la soirée ne se passait pas trop mal, même si j'avais du lui courir après pendant quelques temps, que je lui avais balancer divers objets à la tête et traiter en pensée de tous les noms d'oiseaux possible en deux heures. J'avais fais une rencontre à cause ou grâce à ce chat et j'en étais plutôt contente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neko-no-kuni.forumactif.com/
Cellhendynn Daïreos


avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 23
Localisation : Quelque part de peu fréquenté U_u


Vos secrets
Armes & Sorts:
Rp's en cours:

MessageSujet: Re: Une soirée semblant paisible, au parc...[Pv: Yûlàïe!]   Lun 27 Fév - 16:43

Alors comme ça, cette charmante demoiselle se faisait appelé du tout aussi joli nom que Yûlàïe ? le familier de la demoiselle se mit aussi a grogner. La situation ne plaisait que peu à Cellhendynn. Surtout que ce Shiro semblait avoir reconnut sa nature de Duras… Etait-ce vrai ? Qu’une simple impression ? Il espérait qu’il se trompait, mais il avait rarement vu son dragon se mettre dans un tel état, de même que pour un chat… Il vit que Yûlàïe prit son Shiro dans ses bras. C’est exactement ce qu’il devrait faire lui-même !
Il attrapa, après un petit moment son familier, et celui-ci se calma, comme Shiro. Bien que quelques petits grognements persistaient encore, ils étaient plus préventifs qu’autre chose. Yûlàïe lui assura alors ceci, ce qui donna à Cellh l’impression d’une ambiance redevenue plus calme :

-Ne vous inquiétez pas, je l'ai à bras. Donc il n'y a plus de soucis.

Elle lui souriait maintenant. Cellh ne put que le lui rendre : elle était bien belle en souriant ainsi, se disait-il intérieurement. Mais malheureusement pour lui et peut être heureusement pour elle, la jeune femme était humaine. Cette situation était comme retourné en fait. Surtout qu’après avoir regardé comment ces deux animaux réagissaient, et avoir analysé ces comportements étranges, il en avait tiré quelques conclusions tout de même : cette fille était une Zweilt ! Et son chat, un familier spécial. Il caressa la tête de Yulgio, pour le calmer mais aussi pour lui faire comprendre qu’il avait comprit, enfin.

-Je pense que Shiro est aussi intrigué que votre dragon. Je pense que c'est la première fois qu'il en croise un aussi.


A ces mots, Cellh rigola doucement, accompagnant le rire de la jeune fille. Oui il était bien vrai qu’un dragon ne court pas les rues, à l’inverse d’un chat ! D’ailleurs, le non étonnement –ou presque- de Yûlàïe l’avait intrigué au départ. Et là, il comprenait que c’était peut être dû au fait qu’elle côtoie souvent des phénomènes paranormaux avec les duras et compagnie ! Cela si, bien entendu, elle était bien une Zweilt… Il ne pouvait le prouver comme ça, en claquant des doigts. Et le lui demander était juste non-envisageable ! En tout les cas, il serait Yulgio contre lui, et celui-ci émettait maintenant des ronronnements –Un dragon ronronne-t-il ? Eh bien je vous assure que Yulgio le fait, lui- à la place de ces petits grognements. C’était bien plus agréable !

« Ah ! enfin ! Il semble être revenu à son état quotidien. D’ordinaire, il est câlin et gentil, comme maintenant. »

Shiro, ce chat blanc mystérieux et intriguant, s’était-il calmé ainsi lui aussi ? pour passer cette ambiance mouvementé qu’avait été, il lui vint une idée. Certes il était tard, mais bon, lui, il lui fallait décompresser. Il proposa alors son idée à sa nouvelle connaissance Yûlàïe :

« Au fait, ne restons pas planté là bêtement ! Nous allons attrapé un rhume autrement ! dit-il en rigolant. Que diriez vous de marcher dans le parc ensemble, un bout de chemin ? Ou tout du moins nous rapprocher des lampadaires, histoire d’y voir plus clair. »

Il avait prononcé la seconde partie de sa dernière phrase de façon presque poétique, avec une rime en plus ! Non, non, ne pensez pas tout de suite à ce genre d’intentions ! Il n’est pas la pour ça, lui ! Il fit quelques pas en direction du chemins de gravier central du parc, éclairé. Son petit dragon jaune se débatait un peu dans ses bras, et lui faisait les yeux tout doux. Ah! cellh ne pouvait résister à ces yeux là! Il le mit cependant en garde:

"Bon, je te lache Yulgio, mais à la seule condition que tu me promette de te comporter sagement. D'accord?"

Il semblait avoir comprit, et le dragon hocha même la tête légèrement. Il s'envola rapidement, et après avoir lancé presque d'excuse mélangé avec une touche de prévention un regard à Cellh puis un autre à Shiro et sa maitresse, il alla se poser sur le lampadaire, un peu plus loin.

"Eh bien, eh bien, espérons qu'il se tienne à carreau, cette fois! Vous venez?"

Il ne la forçait en rien, bien évidemment. Il lui posait juste la question. En fait, il lui fallait trouver le moment propice pour lui demander son identité. Il était curieux le Cellhou! Il devait en avoir le cœur net. Et si elle était une Zweilt, ne lui ayant rien fait et lui même n'ayant rien contre ce groupe, ne lui ferait rien. Mais... si elle était une Zweilt, ... est ce qu'elle ne serait pas déjà au courant de sa propre nature à lui? ... Uhm...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Une soirée semblant paisible, au parc...[Pv: Yûlàïe!]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une soirée semblant paisible, au parc...[Pv: Yûlàïe!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» soirée au parc d'atractions [LIBRE]
» Une soirée paisible...ou excitante? Ft.Clint
» Un parc dédié à six héros Haitiens à Montréal.
» Nouveau parc industriel dans l'aire de l'Aéroport
» Début de soirée en milieu hostile ...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Uragiri wa Boku no Namae wo Shitteiru RP :: Tokyo :: Alentours de Tokyo :: Parc-