Uragiri wa Boku no Namae wo Shitteiru RP

Le premier RPG de Uragiri wa Boku no Namae wo Shitteiru ! Créez votre personnage dans cet univers de folie, choisissez votre Clan et combattez pour votre survie !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Libre] Le pop-corn, vous le voulez salé ou sucré?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erika Hibiki


avatar

Messages : 240
Date d'inscription : 28/11/2011
Age : 25
Localisation : Près des arbres


Vos secrets
Armes & Sorts:
Rp's en cours:

MessageSujet: [Libre] Le pop-corn, vous le voulez salé ou sucré?   Mer 28 Déc - 15:01

« Félicitations! Vous avez gagnez un bon gratuit pour une séance au cinéma! Ne tardez pas trop pour l'utilisez, sinon il sera périmé! »

Je n'aurais pas cru gagnez aussi facilement. Les gens autour de moi disaient que j'étais chanceuse. Ce n'était qu'une petite loterie dans un coin de rue, allez savoir pourquoi mais j'avais envie d'y participer. Les prix n'étaient pas très élevés, mais l'argent qu'ils gagnaient aller servir pour une association ou quelques choses du genre... Ce n'était que normal de gagner ce genre de lot, mais c'était pas mal. La question maintenant était “est-ce que j'irais au cinéma?” Je n'avais personne pour y aller, puis je ne savais pas quoi regarder. Je haussais pourtant des épaules, je regarderais sur place, au pire des cas je pouvais y aller seule, ce n'était pas comme si je n'étais pas habituée à ça.

Je me dirigeais alors vers le cinéma, je voyais déjà les grandes affiches illuminés, indiquant ce qu'il y avait au cinéma pour le moment. On voyait souvent des couples ou des groupes d'amis, des rencards ou même une famille. J'eus une boule coincé au fond de ma gorge en voyant ça, j'aurais quand même peut-être du demander à quelqu'un de venir?... Mais qui? Là était encore la question, car mes goûts ne pouvaient pas correspondre à ceux des autres. J'étais encore un peu intimidée de voir le cinéma, car c'était un peu une première fois que j'allais à l'intérieur, un premier film, je ne savais toujours pas ce que j'allais choisir. Film d'action, science-fiction ou bien encore à l'eau de rose. La dernière option ne me plaisait pas trop, à vrai dire, en fait je trouvais ça stupide, et un peu trop... Nyan nyan.

A l'intérieur du cinéma, il faisait chaud, tout le monde attendait dans des files d'attentes ou bien même que les salles finissent par ouvrir, ou dans un coin bar réservé à la clientèle. Je me dirigeais par ici, prenant une boisson avec mon argent poche et regardant des bandes annonces qui passaient en boucle sur un écran plat non loin de là, je finirais peut-être par savoir quoi regarder?

________________________________________

Il est trop chou Sodom ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekaijutsu.forumgratuit.org/
Naito Luwen

Opast Level 0
Opast Level 0
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 24/09/2011


Vos secrets
Armes & Sorts:
Rp's en cours:

MessageSujet: Re: [Libre] Le pop-corn, vous le voulez salé ou sucré?   Sam 31 Déc - 0:08

Luwen était resté bouche-bé. Il ne s’attendait pas à ce que soudain ce type disparut suite à la rencontre de son frère ainé. Il soupira, vraiment, il ne voulait pas donner de mauvaises nouvelles au roi démon. Il lui fit donc parvenir un message. On lui répondit que ce n’était pas grave, et que le Puissant avait planifié tout cela dans l’espoir que quelques duras plus forts que les nidatorehi envahissent un peu les lieux. Il était content qu’il n’avait pas vraiment trop faillit à sa mission. En plus Ignis devenait de plus en plus collante, essayant de la rassurer. Il était vexé pour lui-même. Imbu de sa personne un peu quand même – comme Kuropi- il s’était vexé tout seul.

Il demanda a son familier d’aller au petit manoir qu’il s’était fait construire. Il n’avait pas que cela à faire de rester ici. De plus, comme il était vexé, notre jeune grand-duc… Il avait faim évidemment ! Le pire c’était que Komae ou Suzume n’étaient PAS là pour lui faire une de ses pâtisseries préférées. Il était trop loin du petit salon de thé, et il avait vraiment la grosse flemme d’y aller.

« Allons ici alors »

Disait-il à voix haute lorsqu’il vit le grand cinéma. Il n’y avait encore jamais été, mais il savait qu’il y avait des sucreries à manger. Certes, pas de bonnes pâtisseries, mais il devait se remplir la panse. En effet, son ventre commençait déjà à faire quelques bruits étranges qu’il fit semblant de ne pas avoir entendu. Il se dirigeait donc vers cet endroit. Il savait qu’on pouvait y regarder des films en mangeant du pop-corn.

Il entra dans le bâtiment. La plupart des gens le dévisageaient à cause de son kimono, des filles rougissaient, d’autres étaient jaloux. Il aimait bien qu’on soit jaloux de lui, ça lui donnait une certaine puissance. Il prit un grand paquet de pop corn, et décida qu’il devait regarder un film. Marchant vers l’espèce de boite magique qu’il ne connaissait que très peu encore, Luwen finit par faire tomber sans s’en rendre compte la lettre que lui avait adresser le roi démon comme ordre de mission. Le papier utilisé était ancien, l’écriture magnifique et calligraphique.

________________________________________

Grand-Duc de L'infernus

Double Compte de Iinarika Fukushin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erika Hibiki


avatar

Messages : 240
Date d'inscription : 28/11/2011
Age : 25
Localisation : Près des arbres


Vos secrets
Armes & Sorts:
Rp's en cours:

MessageSujet: Re: [Libre] Le pop-corn, vous le voulez salé ou sucré?   Sam 31 Déc - 1:55

Je regardais désespérément la télévision, me demandant bien ce que je pouvais regarder pour aujourd'hui... Peut-être devrais-je abandonner? Je reviendrais un autre jour, avant que la date sur le billet ne s'estompe. Vu que j'avais fini ce que je buvais, je me dirigeais vers la poubelle, me débarrassant ainsi de la bouteille vide, qui finirait sans doute recycler. A ce que j'avais compris, beaucoup de personnes essayer de recycler dans l'intérêt de "sauvegarder l'avenir de la planète pour les générations futures", ce qui ne pouvait pas m'empêcher de me décrocher un léger sourire d'amusement. Ce n'était pas quelques personnes qui réussirait à changer les habitudes malsaines de l'être humain, enfin, je disais ça mais je suis moi-même humaine avant tout, j'aurais beau me sentir différente des autres, je le suis tout de même, ça coule dans mes veines...

Je sortais de mes pensées, mon attention attirée par des chuchotements d'admirations - et de jalousie. Près de moi, j'eus la chance d'observer un homme, il devait être âgé environ d'une vingtaine d'années, il était jeune, mais l'expression de son visage lui donner un air mature et autoritaire, comme ses hommes d'entreprises qui en ont vu presque tout de la vie. Il dégageait à lui seul à charisme époustouflant, je n'arrivais même plus à me concentrer, je sentais déjà mes joues rougir fortement, mon souffle prenant un rythme accéléré, tout comme mon cœur, qui semblait s'arracher de ma poitrine à chaque battement. Tou-doum... Il était vêtu d'une manière peu ordinaire, dans un long kimono qui laissait deviner qu'il était de bonne famille, vu la qualité du tissu. Tou-doum...! Avec ses longs et fins doigts, il attrapa rapidement ce que lui tendait le vendeur, tout aussi perturbé que moi, ça se voyait clairement à son visage. Tou-doum...!! Je peux apercevoir qu'il portait à son corps, une chaîne brillante comme l'argent, il y avait quelque chose d'inscrit dessus, mais je n'avais pas le temps de lire qu'il se retournait déjà, se dirigeant vers l'espace détente réservé au client. Tou-doum! Je posa une main sur mon cœur, jamais je l'avais senti autant battre en quelques minutes, on aurait dit que je venais de courir un marathon depuis des heures sans m'arrêter, je me rendais aussi compte que j'étais devenue rouge pivoine, j'essayais alors de retrouver mes esprits, loin des regards qui étaient déjà tous posé sur le bel inconnu, admiratif et envieux.

Après quelques minutes, je respirais un bon coup, évitant de regarder de nouveau cet homme, de peur que je surprenne mon cœur à me refaire ce même coup. Mon regard se posa en fait, instantanément sur une seule chose dans la salle, quelque chose que personnes d'autres n'avait vraisemblablement pas remarqué. Un ridicule morceau de papier, qui semblait pourtant être bien précieux. Je m'en approchais, m'abaissant légèrement pour ramasser ceci, regardant la couverture sur laquelle se trouvait une police d'écriture belle et soignée, quelque chose que l'on ne pourrait recopier aussi facilement. Je la retournais, voyant qu'elle avait déjà été ouverte précédemment, j'effleurais du bout des doigts l'ouverture. Une drôle d'impression m'envahit, celle d'avoir déjà vécu la même scène dans un autre endroit, l'endroit en question était plus obscur, plus terrifiant, mais je ne semblais pas perturbée par ça, non, j'allais très bien même. Machinalement, ma main avait commencé à retirer le papier qui s'y trouvait à l'intérieur, me rendant compte de ceci, je repris le contrôle de mes doigts pour la laisser à l'intérieur, me préoccupant plutôt de ce qui était écrit à l'extérieur.

« Naito Luwen... » chuchotait-je en passant mon index droit sur chacun des lettres qui composait ce nom. Je ne l'avais jamais entendu, mais j'avais toujours ce sentiment familier que j'avais déjà vu ce genre de lettres quelque part. Quelque chose au fond de moi me disait que c'était le cas. Quelque chose que je n'arrivais pas à définir, comme le reste de ma vie antérieure. Je haussais des épaules, décidant de reprendre place dans ce siège confortable. Mon cœur se mit à battre un peu plus fort, je devrais passer devant ce jeune homme, qui m'avait semblerait-il, fait perdre tout mes moyens. Je serrais doucement des poings après avoir rangé cette lettre mystérieuse dans l'une de mes poches de ma veste - par ailleurs, j'aurais pu la retirer, sachant qu'avec mon simple jeans et mon haut, j'avais suffisamment chaud - et m'avança, passant juste devant l'inconnu. Je ne sais pas pourquoi, mais je l'avais regardé du coin de l’œil rapidement, mais juste assez savoir la couleur de ses yeux. Bleu, mais n'importe quel ton, ses yeux étaient comme la couleur de l'océan, j'eus même un moment de solitude en me disant que j'étais la seule de mon lycée à ne pas y être encore aller... J'espérais que pour les vacances d'été, je puisse me permettre ce luxe.

Je m'affalais sur le siège que j'avais réservé en y posant mon sac, intimidé mais j'avais réussi! Je souriais alors légèrement avant de replacer une mèche de cheveux à sa place, je n'avais malheureusement pas de quoi me coiffer donc j'avais laissé mes cheveux détachés, avec mon habituel petite pince en forme de fleur sur le côté gauche. Je ne la quittais jamais, je ne sais pas pourquoi, sans elle, je me sentais mal, alors je préférais la laisser là. Comme mon bracelet, que je gardais constamment accroché à mon poignet. J'avais des étranges impressions quand je le touchais, comme lorsque je venais de toucher cette lettre, laissée à terre. Je la reprenais en main, la regardant attentivement et sous toute ses coutures, caressant délicatement le papier du pouce, une sensation nostalgique me prenait soudainement, cela me faisait frissonner de peur et de plaisir à la fois, je ne pouvais donc m'empêcher de le faire.

Je pensais alors à une chose, certainement peu probable mais pas impossible. Mon regard s'attarda alors sur l'homme qui avait fait son entrée quelques minutes plus tôt, attirant encore beaucoup de regard autour de lui, pendant qu'il se nourrissait de diverses sucreries. Mon cœur s'arrêta un instant avant de reprendre son rythme normal, je n'avais qu'à lui demander... Après tout... Cela ne me coûtait rien de savoir. Mais alors que j'allais me défiler, je me rendis compte que mon corps s'était déjà lui même occupé de faire la moitié du chemin, je n'étais qu'à quelques pas de lui, je n'avais qu'à faire deux petits pas pour lui adresser la parole... Et c'est ce que je fis.

« Hum... S'il vous plaît?...

Ma voix était légèrement étouffé par ma gêne et ma timidité, je l'éclaircissais alors discrètement par un léger toussotement, avant de m'approcher un peu plus de lui, ce qui me donna des sensations semblable à des vertiges, mais d'agréables vertiges vous dirais-je! De près, il était encore plus beau, ses cheveux semblaient si doux, j'avais envie de plonger ma main à l'intérieur pour les toucher, mais ça aurait été extrêmement mal poli et il m'aurait certainement maltraité de folle et perverse, donc je m'abstenais de quoique se soit, tendant légèrement la lettre vers lui, mes doigts cachant de moitié l'écriture. Autour de moi, j'entendais déjà des personnes qui répandait la rumeur stupide que je lui offrais une lettre qui y renfermer mes sentiments. J'eus un léger sourire moqueur. Je n'oserais jamais faire ça, je préférerais encore ne rien avouer que de faire ça, surtout devant autant de monde, je me sentais déjà assez mal à l'aise ainsi.

« J'ai trouvé ça... A terre... Je me demandais si, ça vous appartenez? »


Et maintenant l'heure de vérité. J'allais certainement me prendre un regard rempli de mépris de sa part, me disant de partir loin d'ici et de ne plus jamais lui adresser la parole! Rien qu'à cette idée mon corps entier frissonna, mais j'essayais de garder un même petit sourire agréable, histoire qu'il ne m'envoie pas paître rien qu'en me regardant. J'avais l'air stupide, je tremblais légèrement et il devait entendre à quel point mon cœur battait vite, mais je fis comme si rien n'était, affichant toujours mon air innocente et "joyeuse".

(Si tu veux que je modifie ce que Erika a vu sur la lettre, dis le moi tout simplement ~)

________________________________________

Il est trop chou Sodom ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekaijutsu.forumgratuit.org/
Naito Luwen

Opast Level 0
Opast Level 0
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 24/09/2011


Vos secrets
Armes & Sorts:
Rp's en cours:

MessageSujet: Re: [Libre] Le pop-corn, vous le voulez salé ou sucré?   Sam 31 Déc - 12:39

Luwen essayait de ne pas s’occuper de toutes ces humaines qui le regardait avec envie. Celui-ci venait de rater une mission, ce n’était pas qu’il était de mauvaise humeur, mais il n’était pas d’humeur à penser à ça, enfin, il fallait dire qu’il était rarement d’humeur pour penser à l’amour, il avait d’autres priorités dans la vie : obéir au Roi Démon, tenir Ijiwaru en laisse, s’occuper de Ignis. Il n’y avait pas la place d’une femme encore dans sa vie, et surtout pas d’une femme humaine. S’il devait choisir à aimer une femme humaine, ça serait sans doute quelqu’un qui ne rougit pas dès qu’elle le voit, il pensait que ce genre de chose était idiot, aimer quelqu’un pour sa beauté, il avait vu un nombre de femmes belles et idiotes. Il était cependant content de son beau physique, au moins, il pouvait demander des choses aux gens plus facilement.

Il se dirigeait doucement vers la salle du film – il se disait qu’il entrerait plutôt genre film d’horreur, parce que bon, un film à l’eau de rose, très peu pour lui. Il rirait à l’horreur humaine comme ça. Il eut presque un sourire, il sortit son collier, pour passer son doigt dessus, comme un peu de nostalgie envers son passé. Il était tout calme maintenant, les sucreries ça le rendaient nostalgiques et tout doudou. Il la sortit de son kimono, d’habitude il la cachait souvent derrière ses dorures. Bien qu’il aime les porter, il préférait être à l’aise comme ça. C’était un homme consciencieux, mais les trucs administratifs, trop peur pour lui. Ses conseillers lui disaient qu’il ne fallait pas porter un bijou qui avait si peu de valeur, il était 100% en argent, que c’était mieux en or, qu’il devait le faire refaire. Il avait vite fait de leur lancer un regard noir : Naito Luwen, grand-duc de l’Infernus portait ce qu’il voulait quand il voulait.

Lorsqu’il attendait devant la salle du film, il vit une jeune fille le dépasser. Il prit aussi le temps de se retourner, pour voir des visages rougis et jaloux. Alors qu’il était d’habitude froid, il ne put pas s’empêcher de sourire. Ce n’était un sourire tout gentil, mais plutôt un de contentement. Bien qu’il ne s’intéressait pas aux femmes – ni aux hommes d’ailleurs- le Grand Duc était quelqu’un de très fier, il ne supportait pas l’insubordination, ni qu’on lui réponde, surtout des personnes qui étaient plus basses que lui. Après tout, dans l’Infernus, il avait presque le meilleur rang.

« Hum… S’il vous plait ? »

Il n’avait pas vraiment remarqué cette fille qui s’approchait de lui, mais il avait vu qu’elle ne cessait de le regarder depuis avant, presque plus que les autres. Le Opast s’attendait à une question du genre « c’est quoi votre nom ? » ou encore, quelque chose, qu’il avait entendu très souvent « Est-ce que tu veux bien sortir avec moi ? ». Il les avait toute remballées. Il trouvait ça presque drôle, mais ça commençait à en devenir presque risible à force. Il pensait vraiment que cette fille allait lui demander cela, surtout qu’elle était très timide, elle était assez rouge.

« « J'ai trouvé ça... A terre... Je me demandais si, ça vous appartenait ? »

Elle lui tendit ensuite sa précieuse lettre de son maître. Tout d’abord Luwen parut contrarié. Il ne cautionnait pas qu’on lui pique ses affaires pour pouvoir avoir un peu de discussion avec lui. Il se radoucit en pensant que cela était impossible : il aurait surprit une fille, qu’elle soit humaine ou Opast en train de le toucher. Cependant, il se demandait s’il l’avait lue ou pas. Il espérait que non. D’un côté il se disait que si elle l’avait lue, elle ne la lui rendrait sûrement pas. Se perdant dans ses pensées, il finit par reprendre sa précieuse lettre, lui effleurant la main de ses doigts fins au passage – sans le faire exprès évidemment, c’était toujours comme cela qu’il faisait.

« Oui, c’est la mienne en effet, merci »

Luwen avait une voix mélodieuse et séduisante. Il ouvrit un peu son kimono pour la mettre dans la poche cachée de celui-ci tout en l’effleurant doucement, elle lui était précieuse – elle pouvait admirer sa belle stature en même temps-. Les filles derrières avaient eu une drôle de réaction. Après tout, elle lui rendait seulement une lettre non ? Les gens dévisageait la fille qui lui avait remis sa précieuse lettre. Il lui suffit d’un regard de glace pour qu’elle ne le regarde plus. Il savait être bien persuasif.

Il entendait son cœur battre. Eh bien, elle était vraiment stressée elle ! Aucune fille démoniaque n’avait déjà été aussi stressée auparavant. En encore, il ne put s’empêcher de lui faire un sourire… Comment réagirait-elle s’il savait qu’il était un puissant noble ? Encore pire, ça serait vraiment drôle à voir, se disait le Opast. Il fallait maintenant qu’il la remercie pour ce qu’elle avait fait. Ce n’était pas le genre dragueur, mais il savait très bien remercier les gens, surtout une jeune fille. Une petite journée avec lui et hop ! C’était définitivement réglé. Il lui dit de sa voix la plus enchanteresse.

« Cette lettre m’est très précieuse, merci beaucoup. Je me dois de vous remercier dans les règles. Et si nous passions la journée ensemble ? »

On pouvait presque dire que sa voix venait d’un autre monde, et ses paroles d’une autre époque. C’était comme cela qu’il s’adressait aux gens, dommage que ce langage était perdu, il l’adorait. Il entendit des petit « Kyyaaahhhh », des « rohhhhh », des « chanceuuuse ! » venir de derrière lui. Ceux-ci s’intensifièrent lorsqu’il attrapa la jeune fille par l’épaule. Il se dirigeait donc ensuite avec elle à l’entrée de la salle, la porte s’ouvrit ensuite.

« Je suppose que vous le savez vu que vous m’avez rendu la lettre, je m’appelle Luwen, Naito Luwenn. Et vous ? J’espère que ma proposition ne vous dérange pas ? C’est le moins que je puisse faire pour vous remercier. De plus, ne faites pas attentions aux cris animaliers derrière nous… »

Luwen montrait clairement qu’il n’aimait pas être suivit et regardé comme cela.


[HRP : 1041 MOTS O.O Merci Erika, tu viens de me faire écrire ce que je crois être mon plus long rp de ma vie xD ]

________________________________________

Grand-Duc de L'infernus

Double Compte de Iinarika Fukushin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erika Hibiki


avatar

Messages : 240
Date d'inscription : 28/11/2011
Age : 25
Localisation : Près des arbres


Vos secrets
Armes & Sorts:
Rp's en cours:

MessageSujet: Re: [Libre] Le pop-corn, vous le voulez salé ou sucré?   Sam 31 Déc - 22:59

Je ne pouvais pas deviner dans l'immédiat si cette lettre lui appartenait ou non, tout ce que je sais, c'est qu'il parut troublé de la voir en ma possession, croyait-il que j'avais effectivement pris le soin de lui faire une lettre éclair pour lui avouer mes sentiments? De toute manière, il se rendrait bien compte que non, s'il ouvrait le contenu de la lettre, par ailleurs je ne savais toujours pas ce qu'il y avait à l'intérieur, je ne savais toujours pas de quoi cela pouvait bien parler, mais j'avais eu comme un pressentiment qui m'interdisait formellement de lire ceci, autant vous dire que je préfère suivre mon instinct, surtout quand les sentiments me paraissent nostalgiques... De toute les manières, une voix qui en ferait craquer plus d'une - d'ailleurs, se fut le cas! - sortit de sa bouche, après m'avoir toucher le bout des doigts. Je frissonnais légèrement à ce contact, il était terriblement froid, mais j'arrivais à trouver une légère douceur dans ce toucher, il semblait heureux - si je peux le dire ainsi - de retrouver son bien, ce qui me permit de savoir qu'elle était bel et bien à lui, après tout, qui voudrait d'une stupide lettre? Stupide lettre qui attisé bien des attentions, mais en un regard, menaçant et glacial, l'homme les firent tous fuir.

La pression qui s'était élevée en moi descendit peu à peu, je recommençais à devenir maître de moi-même - j'avais définitivement eu du mal en croyant qu'il allait se déshabiller devant tout le monde, alors qu'il ne faisait que ranger ce que je lui avais rendu. Maintenant, il fallait que je retourne à ma place, j'allais peut-être partir, de toute manière, je n'avais plus rien à faire ici, je reviendrais certainement un autre jour. Mais il avait relevé son attention vers moi, je me demandais s'il allait me questionner, comme par exemple, si j'avais lu quoique se soit à l'intérieur de cette lettre, ou bien encore si je m'étais moquée de son contenu. De toute façon, je n'aurais qu'à lui avouer tout bêtement que je ne l'avais pas regarder plus que sa surface extérieure. S'il ne me croyait pas, ça serait bien dommage pour lui.

« Cette lettre m’est très précieuse, merci beaucoup. Je me dois de vous remercier dans les règles. Et si nous passions la journée ensemble ? »

J'étais encore un peu troublée par ce que je venais d'entendre. Passer une journée ensemble? Pour une simple lettre rendue? Certes elle lui semblait précieuse, il me l'avait clairement par ailleurs, mais avais-je raison d'être surprise par cette invitation? Bien sûr que oui. Qui ne serait pas surpris qu'un beau mâle rempli de charisme et d'un je ne sais quoi qui faisait ce qu'il était, quelqu'un d'attirant, je voyais encore des filles se faire belle du coin de l’œil, espérant certainement qui m'abandonnerait en les voyant, pour changer d'avis. Je riais intérieurement « il faut pas rêver les filles, même moi j'ai encore du mal à y croire, alors vous... Mais d'autres filles semblaient plus terre à terre, se disant juste que j'étais chanceuse à voix haute ou criant de déception. Contre toute attente, voyant certainement que je ne réagissais toujours - il le prit certainement pour un oui? - je frissonnais encore, le contact de sa main était d'une froideur délicate, j'avais l'impression d'en demander encore plus à chaque instant. Sans que je ne puisse décider de quoique se soit, je sentais mon corps se diriger vers une salle, mais moi je ne disais rien, comme figer.

« Je suppose que vous le savez vu que vous m’avez rendu la lettre, je m’appelle Luwen, Naito Luwen. Et vous ? J’espère que ma proposition ne vous dérange pas ? C’est le moins que je puisse faire pour vous remercier. De plus, ne faites pas attentions aux cris animaliers derrière nous… »

Il n'avait certainement pas eu le temps de lire ce qui était écrit dessus, vu que j'avais une grosse partie de mes doigts sur la lettre quelques temps auparavant, puis qu'en il l'avait repris dans les mains, il l'avait rangé sans que l'on voit la partie de son nom, du moins pas en entier. Oui, je savais déjà comment il s’appelait... Un nom rempli encore de mystère, je n'avais pas besoin de l'entendre pour savoir ça, ce qu'il dégageait de lui - son aura - était rempli de mystères dont il ne lâcherait aucunes informations. J'étais un peu perdue pendant mes pas, le suivant pendant qu'il me tenait encore l'épaule. Pourtant, j'arrivais à décrocher quelques mots, sa dernière phrase m'avait fait sourire, supportait-il ceci tout les jours?

« Je m'appelle Erika, Erika Hibiki. Je ne me serais attendue à ce que vous m'invitiez mais ça ne me dérange pas... De toute manière je n'avais rien à faire. »

Après tout j'allais finir par partir et être en compagnie de quelqu'un comme lui... Non ça ne pouvait pas me déranger! Ça serait vraiment idiot de ne pas profiter, surtout que je finirais par me faire maudire par les autres filles - et les garçons? - dans le cinéma. Même si j'étais un peu protéger par lui, car quand nous nous installâmes, il n'y avait personne autour de nous, peut-être à cause du regard glacial qu'il avait fait un peu plus tôt? En tout cas, maintenant je pouvais le regarder avec plus de détails. Se fut peut-être une erreur de le regarder dans les yeux, c'est vrai que j'avais remarqué leur couleur un peu plus tôt, mais je n'avais pas vu à quel point nous sommes vite aspirez à l'intérieur, comme un siphon faisant ses ravages en pleine mer. Il devait se moquer de moi à me voir légèrement rougir, mais quoi de plus normal face à quelqu'un de son espèce? Néanmoins, j'essayais de trouver rapidement un sujet de conversation... Première chose qui me vint à la tête, les vêtements.

« Vous aimez les kimonos? Moi aussi, enfin... Quand l'on m'a retrouvé tout ce que je portais c'était un kimono presque en miettes... »

Les images de l'hôpital me revenait en tête, je me souvenais ne pas aimer cette endroit, tout était trop calme, trop propre, même si c'était logique car il ne fallait pas que les patients soient malades pour autre chose. Je me souvenais aussi de ce kimono, que j'avais gardé, il était dans une boîte rangé dans un coin de ma chambre, quand je l'avais observé, il était couvert de boue, de sang, déchiré ici et là... On se demandait tous encore ce qu'il m'était arrivé, on ne m'a jamais soupçonné de meurtre, étant donné que le sang sur le kimono était le mien. Sortant de mes pensées, je le regardais alors, un léger reflet de tristesse dans mes yeux, tortillant mes cheveux du bout de l'index.

« Je... Je suis amnésique, je ne me rappelle pas du tout de ma vie antérieure, je ne "vis" que depuis quelques mois pour moi, tout ce dont je me rappelle, c'est mon prénom et mon nom... »

Je n'osais pas encore lui signaler que sa lettre me rappelait quelques chose, non, j'en parlerais peut-être plus tard s'il le souhaite. Je soupirais alors, le laissant parler s'il le voulait, je ne voulais pas être ennuyante!

________________________________________

Il est trop chou Sodom ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekaijutsu.forumgratuit.org/
Naito Luwen

Opast Level 0
Opast Level 0
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 24/09/2011


Vos secrets
Armes & Sorts:
Rp's en cours:

MessageSujet: Re: [Libre] Le pop-corn, vous le voulez salé ou sucré?   Dim 1 Jan - 15:11

Luwen la trainait dans la salle. On pouvait dire qu’il était presque aux petits soins. Il avait son paquet de pop corn – le plus grand – il en prenait parfois. Il la regardait. Elle était comme les autres, à rougir avec lui, mais il trouvait tout de même son comportement différent. Elle ne faisait pas de kyah, de nyah bizarres. Il trouvait que c’était sûrement la bonne personne à inviter au cinéma, pour sa première séance au cinéma en plus. Il espérait qu’un film d’horreur conviendrait à cette fille. Il avait entendu parler que les filles n’aimaient pas trop les films d’horreur.

Il la sentait stressée. Ils allèrent jusqu’aux sièges pour s’asseoir. Ils les trouvait presque confortable, l’écran devant lui était grand, la salle aussi était très grande, il y avait plein de monde. Il n’avait pas du tout l’habitude de cela. Déjà, il ne regardait pas de films, Luwen n’avait pas le temps adéquat pour cela. De plus, à l’Infernus tout cela n’existait pas, et il n’allait pas aller dans le monde des hommes juste pour regarder un film. C’est alors qu’elle lui posa des questions sur son kimono.

Evidemment qu’il aimait mettre les kimonos. Il en portait hein non ? Il trouva d’abord la question complètement idiote. Enfin bref, il se disait qu’elle était en train d’essayer de faire la conversation, elle ne voulait pas le perdre en quelques sortes. Luwen lui proposa quelques pop corn, lui disant qu’elle pouvait se servir lorsqu’elle le voulait. C’était une attention très rare de sa part. Sauf avec Ignis, son familier, il ne partageait pas ses petites douceurs. Il se disait que là, ce n’était que du pop-corn humain de toute manière. Même s’il aimait bien il trouvait que ce n’était pas trop à sa hauteur.

« Tutoyons-nous. Prends-en si tu en veux. Et puis, oui, j’aime les kimono, je m’y sens plus à l’aise qu’avec des dorures. »

Par dorure elle pouvait entendre deux choses : une métaphore des habits en général qui sont plutôt lourd à porter comparé à un kimono, ou alors des vraies dorures, comme il en portait tous les jours. Luwen portait son collier d’argent et ses deux bagues faites de pierres précieuses qu’il ne quittait que rarement. De plus, si Luwen lui avait demandé de le tutoyer, c’était avant tout parce qu’il n’aimait pas vouvoyer l’espèce humaine, pas une espèce aussi inférieure à moi, se disait-il. Elle vit qu’elle commençait à lui raconter un peu sa vie.

Rah c’est pas vrai ! Il était tombé sur une « raconteuse de vie ». Qu’est-ce qu’il détestait ce genre de femme. Elles trouvaient n’importe quel prétexte, même ses habits, pour commencer à lui raconter sa vie, lui disant comment elle était misérable, comment elle se sentait seule et toussa’. Luwen n’en avait rien à cirer. Sérieusement, lui aussi il a vécu des horreurs, et ce n’est pas pour cela qu’il va les raconter à tout le monde. Il la regarda ensuite, puis regarda l’écran. Le film allait commencer.

« Regardons donc le film, Erika. J’espère que tu es entrée ici par volonté, car j’ai choisi un film d’horreur. »

________________________________________

Grand-Duc de L'infernus

Double Compte de Iinarika Fukushin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erika Hibiki


avatar

Messages : 240
Date d'inscription : 28/11/2011
Age : 25
Localisation : Près des arbres


Vos secrets
Armes & Sorts:
Rp's en cours:

MessageSujet: Re: [Libre] Le pop-corn, vous le voulez salé ou sucré?   Dim 22 Jan - 18:25

Je ne compris pas vraiment quand il m'expliqua qu'il n'aimait pas porter des "dorures" mais j'osais encore moins lui demander de quoi il s'agissait, je me sentais juste un peu stupide à côté de lui, lui qui semblait si charismatique dans tout ce qu'il disait... Je me reprenais rapidement, je recommençais à rougir légèrement, heureusement que l'on était dans un noir presque total, cette fois-ci il ne pouvait pas les voir, mes joues rougissantes. Comme il me l'avait proposé, je mangeais quelques pop-corns, mais pas trop, ce n'était pas mon plat favoris, souvent des grains de maïs n'étaient pas assez cuit donc n'avait pas explosé comme prévu, j'avais la fâcheuse tendance à tomber dessus, puis en plus ça reste coincé entre les dents et je passais des heures avec un fil dentaire à essayer de les retirer. Je savais parfaitement qu'il m'avait attiré dans une salle où se trouvait un film d'horreur, je n'étais pas spécialement fan, à vrai dire, je n'avais jamais vu de films d'horreurs, j'en avais entendu mais même si la "peur" des autres m’influencer un peu, je ne savais pas quoi en penser.

« A vrai dire, ça sera ma première fois pour regarde ce genre de films, je verrais bien si cela me plaît! »

Je me contentais de sourire, offrant ensuite place au silence, du moins presque, il y avait quelques publicités et bandes-annonces qui passaient, puis le film allait commencer. Dans ma tête, je me demandais s'il avait fait exprès de choisir un film d'horreur pour me faire peur, c'est ce que font souvent les garçons - ou bien même les filles - pour se réfugier dans les bras de l’autre. Technique de drague assez banale mais souvent efficace, sauf quand la fille n'a pas peur des films d'horreurs ou bien encore adore le gore. J'allais me faire une première impression de tout ceci... Pour l'instant, il n'y avait rien de très effrayant. Il montrait une petite fille dont les dessins étaient bien étranges, elle disait qu'elle n'avait jamais dessiné ça. Des dessins d'un style démoniaque. J'eus un léger sourire, me demandant si l'enfer ressemblait bien à ce genre de chose, les humains ont tendance à ce genre que c'est une vraie fournaise où il y a un endroit pour punir les péchés de chacun, infidélité, meurtre, égoïsme, etc. Je ne croyais pas à ce genre de chose personnellement, je doutais qu'il y ai quelqu'un au dessus de notre tête pour nous punir. De toute façon, il y a bien des choses que l'on pouvait prouver aux phénomènes souvent liés à la religions. J'avais beau pensé ça, je me demandais tout de même si ses démons japonais existaient, paraît-il qu'ils ont disparu à cause des technologies d'aujourd'hui, qu'ils sont de moins en moins présents...

J'eus un léger sursaut en voyant un "monstre" déboulait de nul part, l'air affamé, prêt à dévorer les êtres humains présents dans la pièce. Pour l'instant je n'avais pas peur, il y avait pourtant eu déjà quelques cris dans la salle, des cris aiguës qui laissait croire qu'ils venait de filles, mais j'étais sûre d'avoir entendu quelques garçons.

(désolée un peu court! C'était pour répondre ^^)

________________________________________

Il est trop chou Sodom ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sekaijutsu.forumgratuit.org/
Naito Luwen

Opast Level 0
Opast Level 0
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 24/09/2011


Vos secrets
Armes & Sorts:
Rp's en cours:

MessageSujet: Re: [Libre] Le pop-corn, vous le voulez salé ou sucré?   Lun 23 Jan - 20:33

Luwen ne pouvait se cacher longtemps sa fierté d’avoir réussit en un rien de temps d’avoir invité une femelle humaine. Même s’il s’en foutait un peu, il avait envie de s’amuser un peu. Une sorte d’envie étrange le prit, il avait envie de passer du temps avec cette fille. Ou plutôt, il n’avait tellement rien à faire, sa mission était finie avec le Roi Démon. Il pouvait donc maintenant s’amuser comme il ne l’avait jamais fait. Parce que oui : Luwen ne s’amusait pas. Le monde des humains lui donnait envie. Il voulait un peu user de son charme pour s’amuser de la crédulité incroyable des humaines, qui au bout d’un deuxième ou troisième rendez-vous croyaient que l’homme en question lui offrait leur cœur. Il en riait déjà. En plus, avec cette fille, cela pourrait être plus qu’amusant. Sa nature de sadique ressortait presque, elle qui n’était vue qu’au combat auparavant. Le monde humain allait un peu changer notre Prince de Glace.

Il attendait patiemment que le film commence. Il regardait la fille. Elle n’avait pas l’air d’avoir trop peur. Il pouvait donc pour le moment garder sa fierté, et ne pas la serrer dans ses bras pour la rassurer. Enfin, il le ferait au cas ou, juste pour se montrer gentil… Et peut-être même manipulateur… Qui sait ? Elle lui avoua que c’était la première fois qu’elle regardait ce genre de film. Il s’en foutait un peu, mais il en resta tout de même étonné. Toutes les humaines vont au cinéma. Elle avait l’air d’avoir déjà plus de seize ans… Enfin, n’empêche que notre Opast trouvait cela bizarre et étrange. De toute façon, il verrait bien plus tard ce qu’il ferait. Il se concentrait donc sur ce film. Il trouvait l’histoire assez médiocre, bon, lui cette technologie le surprenait un peu. Comme il le su, il dû prendre la petite humaine un peu contre lui lorsqu’elle sursauta. Un peu entre-ouvert, son kimono, elle pouvait sentir sa musculature et sa finesse, sa peau si douce.

Le jeune homme lui n’avait aucunement peur. Ce serait même un comble. Il restait surprit par la technologie –il ne le montra pas cependant. Luwen avait déjà vu maintes choses : excécutions, meurtres, massacres, génocides, décapitations… Et il en passait, toutes les horreurs qu’il avait vu. Cela ferait peut-être peur à quelqu’un ? Cependant, le Grand Duc était surnommé « Le Prince de Glace ». Ceci n’était pas seulement parce qu’il maniait l’élément, mais aussi parce qu’il ne laissait pas ses sentiments prendre le dessus, et que l’horreur ne lui faisait rien. Sérieusement, il avait vu ses parents mourir… Pourquoi avoir peur d’un être difforme du cinéma humain ? Instinctivement, Luwen ria. Pas très bruyamment, non, juste pour qu’Erika l’entende.

« C’est presque drôle je dirais, cela ne me fait aucunement peur. »

Plongeant une fois encore la main dans ses pop-corn, il attendait. Il regardait parfois la jeune fille qui pouvait se réfugier contre lui, et au bout d’une heure le paquet de pop-corn fut finit. Quel dommage ! A dire vrai, le Prince était plus occupé par ce qu’il restait de ses précieux pop-corn que par le film. Ne souriant seulement, que pour se moquer des effets horrifiques et de la peur, des cris idiots de certains et certaines. Certains étaient si aigue que s’en était presque jouissif pour le sadique qu’il était. Evidemment, mis à part un sourire en coin, il ne montrait rien.

Lorsque le film se finit, il se leva, laissant passer l’humaine devant lui, il la reconduit devant. Il faisait nuit dehors. Elle était magnifique cette nuit, pleine d’étoiles. Soudain, il vit une grande voiture noire venir. Une limousine plus précisément. Elle avait l’air spacieuse, confortable et plein de petites choses. Un homme sortit de l’avant de la limousine : cheveux noirs et lisses, pas très grand, plus petit que Luwen, moins imposant mais plutôt mignon. Enfin, ce qui frappe surtout, c’est sa tenue : majordome. En effet, il s’agit de Tsukuoru, le majordome de Luwen. Une petite surprise hein ? Luwen sourit, il en était content de voir ses fidèles. Celui-ci s’approcha de Luwen. Il s’inclina respectueusement.

« Bonsoir, Maître Luwen, vous avez passé une bonne journée ? Je vous en prie, prenez place.

- Ha, une bonne journée. On aura peut-être ne invite ce soir.

Tout en disant cela, Luwen regardait Erika. Son majordome lui ouvrit la porte, attendant une réponse de celle-ci. Luwen demanda.

« Il se fait tard Erika, que dirais-tu de passer la soirée chez moi ? Nous avons plusieurs chambres. »

Il se doutait bien qu’elle devait être surprise, et un peu abasourdi. Oui, Luwen était un gosse de riche, était beau et spécial comme il était un démon.

[J'espère ne pas alelr trop vite :3 Mais ne nous éternisons pas au cinéma x3 La suite est mieux non ? Si ca va pas je change <3]

________________________________________

Grand-Duc de L'infernus

Double Compte de Iinarika Fukushin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: [Libre] Le pop-corn, vous le voulez salé ou sucré?   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Libre] Le pop-corn, vous le voulez salé ou sucré?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Quand vous ne voulez pas répondre, posez une question ᴥ Emy R. Baker
» SPOILERS(si vous ne voulez pas avoir la surprise de la suite
» Kevin J. Wallcroft | Je vends du pouvoir, vous en voulez?
» Un lien c'est quelque chose d'unique, qu'il soit positif ou négatif. Alors, vous en voulez un avec moi ?
» Libre-service ; juste pour vous ♥
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Uragiri wa Boku no Namae wo Shitteiru RP :: Tokyo :: Espace Loisir :: Cinéma-